Mon assurance maladie en Thailande


Janv 31, 2019

Mon assurance maladie en Thailande

Excellent article de notre confrère Jean-Louis Guenard, de la page Facebook "Retraité Français en Thailande," que nous reproduisons avec son autorisation. Comme d'habitude, il détaille avec précision, sous forme de questions/réponses, comment appréhender les soucis d'assurance maladie au pays du sourire.

Ce fichier ne s’adresse qu’au retraité de nationalité française (les réponses seraient différentes dans d’autres situations)

En arrivant de France en Thailande, suis-je assuré ?

Non si on en croit Ameli qui nous dit: “ Du fait de votre départ de France, vos frais de santé ne sont plus couverts par l'Assurance Maladie “. Le texte figure sur ce lien:
En effet, la Thailande (qui se situe hors Union Européenne) et la France n’ont pas signé de convention de sécurité sociale.
Beaucoup fraudent gentiment cependant, et prétendent ne venir qu’en vacances. A condition de toujours disposer d’une résidence en France, ils peuvent alors (éventuellement, nous dit Ameli) être pris en charge sur un délai de 6 mois, pour les soins médicaux urgents et imprévus seulement. Le texte d’Ameli figure ci-dessous:

Je suis retraité et réside en Thailande: puis-je ne prendre aucune assurance supplémentaire ?

Vous pouvez tout à fait ne prendre aucune assurance, si vous optez pour un autre visa que le visa “normal” retraité, le Non-OA , ou le visa Non-OX (voir fichier visas)
Le visa Non-OA ne sera en effet délivré en 2019 (c’est déjà le cas pour le visa Non-OX) qu’avec une preuve d’assurance minimum de 400.000 THB pour l’hospitalisation et 40.000 THB pour les soins courants.
Ceci veut dire que vous devrez joindre à votre dossier de demande de visa Non-OA la preuve de la souscription d’un contrat d’assurances. Cette exigence est en cours de mise en place: elle ne sera efrective que lorsque l’Ambassade Royale de Thailande en France l’incluera dans la liste de documents à fournir. Vérifier ce point d’un clic via ce lien:
Si vous entendez ne pas vous assurer, deux cas de figure sont à considérer.
Cas n° 1: Vos soins ou votre hospitalisation ont lieu en Thailande
- vos visites, médicaments pris en Thailande seront à votre charge;
- votre hospitalisation éventuelle en Thailande sera à votre charge. Afin d’être accepté à l’hopital, vous devrez faire la preuve que vous pouvez payer au moyen d’une carte de crédit. Une pré-autorisation de votre carte est souvent effectuée par l’hopital.
- en cas d’hospitalisation programmée, vous prendrez l’avion retour vers la France et règlerez l’hopital français au moyen de votre carte vitale (pour être pris en charge, voir le cas n° 2 ci-dessous)
Avantages: frais réduits. Seuls frais, la COTAM , de toute manière prélevée que vous le vouliez ou non sur votre retraite.
Inconvénients: pas de remboursement des dépenses médicales en Thailande. Hospitalisation d’urgence en Thailande à votre charge.
Cas n° 2: Vos soins ou votre hospitalisation ont lieu lors d’un séjour temporaire en France
Dans ce cas, voici ce que nous dit AMELI :
“ Vous êtes retraité(e), pensionné(e) du régime général de la Sécurité sociale française (Cnav, Carsat)
Pour bénéficier d'une prise en charge de vos soins en France, il vous suffit de vous inscrire au Centre national des retraités de France à l'étranger (Cnarefe). Pour cela, vous devez :
  • soit compléter en ligne le formulaire d'inscription au Cnarefe. Cette solution est la plus simple et la plus rapide.
  • soit adresser un courrier à : CPAM SEINE ET MARNE CNAREFE 77605 MARNE LA VALLEE CEDEX 03
  • soit appeler le numéro dédié aux retraités du régime général de la Sécurité sociale française résidant à l'étranger : + 33 811 701 005 (tarif variable selon l'opérateur téléphonique) du lundi au vendredi de 8h30 à 17h00, heures françaises.
Une fois vos droits à l'assurance maladie ouverts, vous serez affilié(e) à la caisse d'assurance maladie de Seine-et-Marne qui gère le Cnarefe.”
Attention cependant: cette possibilité ne concerne que vous même. Dans le cas d’un séjour temporaire (moins de 3 mois) en France, et toujours selon AMELI :
“Votre conjoint(e) devra adhérer à la CFE ou souscrire un contrat auprès d'une compagnie d'assurance privée pour bénéficier d'une prise en charge de ses frais de santé lors de ses séjours temporaires en France. Vos enfants à charge : seuls les soins urgents pourront être pris en charge lors de leurs séjours temporaires en France.”

On m’a parlé de la CFE (Caisse des Français de l’Etranger). A quoi sert-elle et quel est son coût ?

Adhérer à la CFE ( le produit est commercialisé sous le nom de RetraitExpatSanté) vous permet de vous faire rembourser vos visites médicales, médicaments et hospitalisation au tarif retenu par l’Assistance Publique de Paris, tout en vivant toute l’année en Thailande.
L’adhésion doit avoir lieu dans les 3 mois qui suivent le départ de France, afin d’éviter tout délai de carence (l’adhésion peut prendre effet plus tard, mais un délai de carence de 6 mois s’applique alors).
L’adhésion est réservée aux retraités ayant cotisé un minimum de 15 ans au système d’assurance maladie français.
Coût:
Célibataire (“Solo”) = 357€ / trimestre (tarif en janvier 2019)
Famille = 648€ / trimestre (tarif en janvier 2019). Couvre l’épouse et les enfants de moins de 18 ans. Attention: l’épouse doit être elle-même retraitée d’un régime français d’assurance vieillesse.
Le règlement de la cotisation (autrefois prélevée le plus souvent sur la retraite) s’effectuera désormais directement auprès de la CFE, soit par prélèvement, soit par carte bancaire.
Une “cotisation aidée” de 201€/trimestre est possible pour ceux ayant des ressources inférieures à la moitié du plafond de sécurité sociale (19.866€ en 2019): l’application de cette cotisation est réservée aux titulaires de la carte d’inscription consulaire et doit être demandée auprès du Consulat, qui vérifie l’éligibilité.
Concernant ceux qui adhéraient déjà avant le 8 janvier 2019, la cotisation antérieure s’applique majorée de 5% par an pendant 10 ans, c’est-à-dire que la cotisation réglée en 2029 ne pourra être supérieure à 150% de la cotisation appliquée avant la réforme.

Avec la CFE, ai-je droit au tiers payant ?

Non. Le principe est que vous réglez les prestations, remplissez une feuille de soins et l’adressez à la CFE qui vous remboursera dans un délai de 40 jours. Depuis le 1° janvier 2018, vous pouvez scanner vos originaux ( gardez chez vous les originaux 27 mois minimum en cas de contrôle) et déposer votre dossier en ligne, ce qui évite les frais postaux et fait gagner du délai.
Néanmoins, en cas d’hospitalisation, vous avez la possibilité de vous adresser à IMA Inter Mutuelles Assistance. IMA choisira l’hopital pour vous, et assurera le tiers payant à hauteur de 80% de la facture totale. Il vous restera dans tous les cas 20% de la facture à régler directement à l’hopital.
Dans le cas d’appel à IMA, ceux-ci sont subrogés dans tous vos droits: ils choisissent eux mêmes le lieu de traitement (qui peut dans certains cas être en France) et suivent leur propre grille tarifaire.
  • Attention ! Dans le cas d’une hospitalisation d’urgence pour un cas grave, l’hopital vous demandera de prouver que vous êtes en capacité de régler les 20% restant à charge. Le coût d’une hospitalisation cardiaque (par exemple) approche souvent les 2 millions de baths: il vous sera donc demandé dans ce cas un paiement d’avance de 20%, que vous pourrez effectuer avec votre carte de crédit... à condition qu’elle soit suffisamment approvisionnée (vous renseigner préalablement sur le plafond de votre carte bancaire). Les cartes de crédit émises en Thailande ont la limite que vous leur donnez, puisque vous devez déposer sur un compte spécial le montant égal au plafond que vous choisissez. Dans notre exemple, il vous faut provisionner 20% de 2 millions, soit 400.000 baths: ce montant fera alors l’objet d’une pré-autorisation carte de crédit par l’hopital. Ne vous laissez pas surprendre !
Le partenariat expérimental CFE / IMA date de début 2017 et devrait perdurer en 2019.

J’envisage la CFE, mais la CPAM en France me reconnaissait une ALD (Affection Longue Durée). Vais-je conserver cet avantage ?

Oui. Lors de votre inscription à la CFE, votre ALD sera prise en compte immédiatement.
Par la suite, deux à trois mois avant l’expiration de validité de votre ALD, vous pourrez la faire renouveler par le médecin conseil de la CFE. Pour ce faire, votre médecin en Thailande devra remplir un imprimé multilingue nommé “Protocole de soins”,(disponible sur le site de la CFE), que vous adresserez ensuite au service médical de la CFE.
Le “Protocole de soins” est télechargeable ici:
A noter que, pour les personnes bénéficiaires d’une ALD (donc difficilement assurables par le secteur privé seul), la CFE est presque toujours la meilleure (sinon la seule!) solution.

Une assurance complémentaire est-elle utile ?

Utile certainement, mais payante et souvent onéreuse ! Les différences de prix d’une société à l’autre peuvent être considérables, indépendamment du niveau de prestations.
Le grand mérite de l’assurance complémentaire, à condition qu’elle le prévoie, est de vous libérer de tout souci en cas d’hospitalisation imprévue et urgente, vous permettant de vous faire admettre facilement à l’hopital en présentant votre carte d’assuré: l’hopital se mettra immédiatement en rapport avec le prestataire d’assistance et, rassuré sur le paiement de la facture, diligentera alors tous les actes nécessaires. Attention ! En Thailande, les hopitaux veulent être certains d’être réglés avant d’engager les frais: un prestataire d’assistance est très utile dans les cas graves.
Il existe deux grands types d’assurance complémentaire: l’assurance globale d’une part et l’assurance en complément et en partenariat avec la CFE d’autre part.

Une complémentaire, d’accord, mais en complément de la CFE ou au premier euro ?

La CFE, rappelons le, établit sa cotisation en fonction de votre statut (retraité ou non). La complémentaire établit, elle, votre cotisation en fonction de votre âge et de votre risque (existence ou non de pathologies au moment de la souscription du contrat)
Depuis la réforme votée en décembre 2018, la CFE conserve encore deux avantages particulièrement “sensibles” par rapport aux assurances entièrement privées:
  • reconduction de l’ALD (affection longue durée) : une ALD reconnue comme telle par le régime de sécurité sociale avant votre arrivée en Thailande sera également reconnue par la CFE. Les assurances entièrement privées exclueront le plus souvent (ou accepteront moyennant surprime) les conséquences de ce type d’affection. A noter qu’il semble par contre difficile de se faire reconnaître une ALD par la CFE lorsque l’affection survient alors qu’on réside déjà en Thailande;
  • garantie de non résiliation du contrat d’assurances (de nombreuses complémentaires françaises proposent cette clause, mais la plupart des assurances locales se réservent le droit d’exclure un client lorsqu’elles estiment le risque “déséquilibré”).

Complémentaire, quelles options ?

Les offres sont tellement nombreuses et variées qu’il est impossible de les lister, du moins ici.
Afin de choisir le niveau adapté, il est utile de se faire son propre tableau croisé, récapitulant les garanties offertes pour la cotisation globale maximum qu’on est prêt à débourser.
Quelques pistes cependant:
- attention à la vente forcée ! Est-il utile pour une Dame de 65 ans d’être assurée en cas d’ accouchement ? Est-il utile de prendre une option “optique” quand on connait le faible coût des lunettes en Thailande ?
- les honoraires d’intervention chirurgicale peuvent être (et sont effectivement) plus élevés qu’en France. Le 100% frais réels s’avérera bien utile en cas d’intervention lourde.
- le libre choix de l’hopital est-il laissé ou non au patient ? Les differences de compétence peuvent être importantes d’un hopital à l’autre (sous-question: l’hopital choisi est-il ou non accrédité JCI -Joint commission International- ? - pour plus de détails sur JCI, voir le fichier “Mon hôpital en Thailande”)
- l’assurance hospitalisation seule ( “inpatient” ) est bien moins chère que l’assurance tout compris
- la transplantation d’organes est-elle comprise ? La rémunération de la famille du donneur d’organes est-elle comprise ? Sous quel délai aura lieu la transplantation d’organes, 3 ans ou en “priority list” ?
On trouvera ci-dessous le nom de deux cabinets de courtage (en complément de la CFE, reconnus et proposés par elle) dont les prestations (et le montant des cotisations) sont assez différents:
Assurance “tout compris”: ACS/Ami (contrat souscrit auprès d’Allianz)
Hospitalisation seule (formule économique): Assurance Santé Monde (contrat souscrit auprès de Swiss Life)
n.b: les deux noms ci-dessus sont des avis personnels de l’auteur, donnés à titre gratuit, et ne doivent en aucun cas être assimilés à des propositions d’assureurs. L’auteur convient d’avance qu’il en existe d’autres, tout aussi respectables.

Et pourquoi pas une assurance thaie en Thailande ?

L’avantage le plus évident de souscrire auprès d’une compagnie thaïe est de se voir remettre une carte d’assurance reconnue par les hopitaux thaïs, ce qui se révèle particulièrement utile en cas d’urgence, les hopitaux préferant soigner une personne dont ils sont certains qu’elle est bien assurée. Le temps perdu à contacter l’assurance en France avant admission peut être très dommageable en cas d’urgence. Néanmoins certains assurances complémentaires en France munissent leurs adhérents de cartes comportant le n° d’un prestataire d’assistance internationale, ce qui minimise l’inconvénient.
Ce type d’assurance ne conviendra pas aux personnes ayant une pathologie médicale antérieure, mais se révèle très performante pour le retraité en bonne santé jusqu’alors.
Pacific Cross (quatre contrats différents et nombreuses options) (contrats en anglais) serait selon beaucoup le plus aisé à comparer avec les assurances françaises:
n.b: le nom ci-dessus est un avis personnel de l’auteur, donné à titre gratuit, et ne doit en aucun cas être assimilé à une proposition d’assureur. L’auteur convient d’avance qu’il en existe d’autres, tout aussi respectables.
Pour plus de détails, lire le fichier “Ma sécu thailandaise en Thailande” que vous retrouvez dans le même groupe “Retraité français en Thailande”

Et pourquoi pas passer par un “courtier” parlant français ?

Le “courtier” installé en Thailande et parlant français est la bouée de sauvetage du retraité français ne parlant ni anglais ni thaï. Il sera à même de vous proposer plusieurs formules. Ne vous illusionnez cependant pas trop: la définition du “courtier” en Thailande est assez différente de celle existant en France. Bien souvent, celui-ci ne représente qu’un nombre très limité de compagnies, lorsqu’il n’est pas représentant exclusif d’une compagnie. Il est ainsi nettement préférable, afin de dénicher le meilleur rapport qualité/prix, d’effectuer vos recherches vous-même à-partir d’internet: il n’en reste pas moins que ceux n’ayant ni le goût ni le temps nécessaires aux comparaisons (assez fastidieuses...) trouveront plus confortable de s’en remettre à un “courtier”.


6788 consultation(s)

mon cas manque a l appel - by , 2019-12-04 14:55:57

bonjour, je ne parviens pas a faire un parallèle avec les as cités ci dessus et le mien voici mon cas je suis retraite ; je vis une partie de l année en thailand ; octobre a mars; avril a juin et de octobre a mars .J ai un visa

Commentaires

NOTE MOYENNE:

Soyer le premier à laisser un commentaire